Lettre ouverte | Élections fédérales : la culture en Montérégie oubliée

Depuis le début de la campagne électorale fédérale, très peu a été dit sur la culture, sinon qu’il faut en appuyer la relance. Tous les partis reconnaissent que ce secteur a été durement touché par la pandémie, et il continuera de l’être à cause des contraintes liées au passeport vaccinal et aux difficultés à voyager.

Pour la Montérégie, cette conjoncture a exacerbé une situation déplorable qui perdure et qui doit être corrigée : celle du sous-financement du secteur culturel.

Le gouvernement fédéral veut favoriser le développement des régions pour aider les communautés à prospérer et pour encourager l’innovation. Or, prospérité et innovation ne vont pas sans les arts. Une région qui rayonne par son dynamisme culturel attire plus d’entreprises et de gens. Doit-on également rappeler que la pratique des arts dans la vie des jeunes contribue à leur réussite scolaire ? La culture est un puissant moteur de croissance. C’est un vecteur d’inclusion et de partage, un outil essentiel pour quiconque pense sérieusement au développement des collectivités.

Sachant cela, comment expliquer qu’une région aussi vaste que la Montérégie, qui compte près de 20 % de la population québécoise, continue d’être considérée comme une succursale de la métropole ? Nous ne recevons que 3,15 % de la totalité des investissements faits par les principaux bailleurs de fonds fédéraux que sont le Conseil des arts du Canada, Téléfilm Canada et Patrimoine canadien. Cela équivaut à 6,48 $ par habitant. En comparaison, Montréal obtient 108,46 $. Et alors que Radio-Canada possède des antennes partout sur le territoire québécois, il n’y en a aucune en Montérégie pour dire ICI à 1,6 million de Québécois.

Notre organisme, le Conseil de la culture de la Montérégie, regroupe plus de 400 membres qui, par leurs pratiques artistiques, enrichissent la très grande région qu’elle représente et qui a sa réalité propre. Non seulement sommes-nous le garde-manger du Québec, mais nous nous situons au troisième rang en ce qui a trait au patrimoine et à l’histoire. Un nombre impressionnant d’artistes et de créateurs vivent ici.

Pour les voir s’épanouir et rendre la région prospère, il faut y investir. Il y a des bâtiments à restaurer, des infrastructures à mettre en place, des lieux de diffusion à établir. C’est un vaste chantier porteur d’avenir que le gouvernement fédéral a le pouvoir de financer.

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email