NFT et art : une révolution numérique?

En 2021, on a beaucoup entendu parler de cette nouvelle technologie de Non-Fungible Token, ou « jeton non fongible » en français. On ne peut passer sous silence la montée fulgurante et imposante de l’utilisation des NFT dans le milieu artistique international. Si vous ne savez pas de quoi il s’agit, vous n’êtes pas seuls. Il n’est pas facile de démystifier l’univers des blockchains, des cryptomonnaies et du crypto art.

Commençons par comprendre l’essentiel du mouvement et surtout, quel est l’intérêt pour les artistes et les collectionneurs pour la vente des NFT.

Un NFT, c’est quoi?

Un jeton non fongible est essentiellement un dossier sécurisé comprenant des données, appelé une blockchain. Les données stockées dans ces chaînes de blocs sont cryptées de sorte qu’elles ne peuvent être modifiées, ainsi l’information concernant le créateur de l’œuvre, son titre de propriété et sa valeur marchande suit inévitablement l’œuvre en question.

Alors que les jetons cryptographiques utilisés pour créer des NFT sont similaires à ceux de la cryptomonnaie, les jetons des NFT, eux, ne sont pas interchangeables. C’est-à-dire qu’il est impossible d’échanger un NFT pour un autre comme on le ferait avec de la cryptomonnaie.

C’est ce caractère unique et non modifiable qui est intéressant. Les NFT permettent de vendre l’original d’une œuvre numérique et le propriétaire en détient l’historique et une sorte de « certificat d’authenticité » à même son NFT.

Comment expliquer sa popularité?

Malgré leur apparition en 2015, c’est seulement en 2020 que leur popularité a connu une énorme montée alors que ce marché a triplé. Mais c’est vraiment en 2021 que tout s’est accéléré. Le monde entier a commencé à y prêter une attention particulière lorsque le premier Tweet de Jack Dorsey a été vendu pour 2.95 millions de dollars et que l’artiste numérique Beeple a vendu un NFT à Christie’s pour 69 millions de dollars. Aujourd’hui, les plateformes permettant aux artistes de vendre leurs œuvres en tant que NFT se multiplient.

Quel est l’intérêt d’acheter un NFT?

Alors que les œuvres numériques sont souvent disponibles gratuitement en ligne, pourquoi devient-il intéressant d’être le propriétaire de son NFT? Oui, il est possible de partager des millions de fois un GIF une fois en ligne. Par contre, une seule personne est le propriétaire de ce contenu, et c’est le propriétaire du NFT. Mitchell Clark compare cela au fait que
« n’importe qui peut acheter une copie de Monet, mais une seule personne peut posséder l’original ». C’est également une façon de valoriser et de soutenir le travail d’artistes numériques afin qu’ils puissent continuer à créer des œuvres.

Il devient également possible pour les artistes des arts vivants, de performances ou d’installations temporaires de vendre la trace numérique originale de leur œuvre après le démantèlement de celle-ci. Par exemple, l’artiste Alexa Meade crée des peintures 3D en utilisant des modèles dans des espaces physiques. Elle s'est récemment lancée dans le monde de l’art cryptographique. Dorénavant, le public peut acquérir ses œuvres malgré leur aspect éphémère.

Des préoccupations quant à l’utilisation des NFT

Comme toute nouveauté, les NFT font face à des préoccupations. Les avis sont mitigés quant à leur pérennité et surtout, quant à leur empreinte écologique.

Est-ce une mode temporaire?
Les opinions divergent à ce sujet. Certains spécialistes voient dans les NFT une sorte d’hommage à l’importante transformation numérique et permettent d’attribuer sa « vraie valeur » à l’art numérique, qui était plutôt laissé pour compte auparavant. C’est entre autres pour cette raison qu’ils croient que les NFT sauront frayer leur chemin et rester dans le décor pour plusieurs années.

Pour leur part, les artistes numériques sont majoritairement enthousiastes à propos de cette nouvelle façon de commercialiser et de vendre leur travail. Mais, tout le monde n’est pas convaincu. Certains collectionneurs et consommateurs dont l’attrait de la propriété et de l’exclusivité est prouvé se questionnent sur la rapidité de la vente des NFT et les avantages d’une telle consommation.

« Le message est en quelque sorte : achetez maintenant ou vous le regretterez plus tard. Le potentiel est positif pour les artistes, mais je ne le vois pas encore pour les consommateurs. »

- Drew Olanoff, rédacteur pour TechCrunch

Il est à noter que les NFT ne sont pas seulement populaires dans le milieu artistique, mais dans toute sorte de secteurs d’activité, tel que le sport. Il sera donc intéressant de voir si les NFT survivent dans certains secteurs plutôt que d’autres.

Et le réchauffement climatique?
Puisque les NFT utilisent la cryptomonnaie et que l’extraction de celle-ci utilise une grande quantité d’électricité, son empreinte carbone est très inquiétante. Pour mettre les choses en perspective, la consommation annuelle d'électricité du Bitcoin est estimée à 128 térawatts par heure. C'est plus que ce que l'Argentine tout entière utilise en un an. On peut donc s’imaginer que plusieurs sentent des réticences à emboîter le pas avec les NFT.

Certains artistes trouvent le moyen de mettre en place des bonnes pratiques écologiques tout en profitant de ce marché en pleine expansion. Par exemple, en s’imposant une sorte de « taxe carbone » et en s’assurant que leur travail est carboneutre en faisant des dons à des projets qui capturent le dioxyde de carbone de l’atmosphère.

En conclusion

Est-ce que les NFT vont révolutionner l’art numérique? Seul le temps saura nous le dire. Ce nouveau phénomène aura certainement permis d’ouvrir le dialogue concernant la valeur de l’art numérique et des nouvelles façons de commercialiser l’art.

Il va sans dire que plusieurs artistes, incluant la relève artistique, profitent de cet engouement pour vivre de leur pratique. Voici quelques histoires de succès concernant les NFT au Québec :

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email